ANNÉE 2021-2022

JEUDI 7 JUILLET 2002

Les cyclos de l’ARECS sur le toit de la Sarthe (cliquez ICI)

Ce jeudi 7 juillet 2022, notre objectif est ambitieux : découvrir le massif de Perseigne à vélo et gravir son point culminant.

Rendez-vous à Monhoudou… Monhoudou, c’est où ? Il est vrai que ce village peu connu mais très joli, est isolé dans la campagne au nord de Marolles-les-Braults.

Nous nous retrouvons sur le parc de stationnement de l’église, nous sommes 14, et laissons nos voitures sous la vigilance du coq perché au sommet du clocher.

Premier arrêt à St Calez-en-Saosnois, l’occasion de rappeler qu’y furent organisées pendant de nombreuses années les 24 heures vélo qui désormais, ont lieu tous les ans, fin août, sur le circuit Bugatti au Mans.

Nous poursuivons notre route par Panon puis Vezot, petits villages très peu peuplés. Sur la route un chevreuil affolé traverse la route et disparaît dans la végétation. Nouvel arrêt à Villaines-la-Carelle. Situé en bordure de forêt, ce village repose sur des galeries, anciennes carrières d’où l’on extrayait les nécessaires aux constructions. Ces galeries ont ensuite été utilisées pour la culture des champignons. Hélas, la concurrence internationale et les difficultés économiques ont provoqué la fermeture de l’entreprise, catastrophe économique pour le village et l’ensemble de ses habitants. Pendant la dernière guerre, les allemands ont entreposé des explosifs dans ces cavités. Construit sur ces galeries, le village en a vu s’effondrer plusieurs avec les conséquences facilement imaginables.

Nous remontons sur nos montures et prenons la route vers Aillières-Beauvoir. C’est là que nous grimpons la côte la plus pentue de la journée qui nous fait longer la propriété d’un ancien président du Conseil Général de la Sarthe, Michel d’Aillières..

C’est à ce moment que nous entrons dans la forêt. La montée est irrégulière mais d’une difficulté moyenne. Elle nous amène au belvédère, point culminant de la Sarthe à 340 m d’altitude environ. Petite pause au pied de la tour du sommet de laquelle on peut découvrir Toulouse, pardon ; tout Louzes, village voisin !

Nous avons atteint le sommet du département, nous ne pouvons plus que descendre. La Vallée d’Enfer est un plaisir. Chacun descend à son rythme et nous nous retrouvons au carrefour des Trois Ponts. Il nous reste 2 km pour rejoindre le Centre de Vacances.

A notre arrivée, nous sommes accueillis, sous les applaudissements de Maïté, Annie, Brigitte, Annick et Andrée qui sont venues nous retrouver pour le déjeuner. Elles ne sont pas seules car Thierry Couturier, représentant le Centre de vacances est présent. Il nous accueille chaleureusement et se met à nos petits soins pour rendre agréable ce moment de convivialité.

Après le repas, avec beaucoup d’enthousiasme, il nous présente alors l’histoire du site, histoire d’une richesse qui nous surprend, tout comme lorsqu’il nous dit : « Les 24 heures du Mans  fêtent leur centenaire en 2023, nous aussi ! » La première colo fut organisée en 1923. L’année précédente, en 1922, le centre avait accueilli son premier groupe de jeunes colons, 22 Petits Chanteurs à la Croix de Bois, dirigés par Mgr Maillet. (Cliquez ICI)

L’heure de rentrer est arrivée. Nous nous dirigeons vers St Rémy du Val où nous découvrons la motte féodale, mémoire d’un système de défense se déroulant sur 16 km de Peray à St Rémy, créé par Robert le Diable.  La fin du parcours approche, nous passons par Saosnes et terminons la boucle à Monhoudou.

Amis qui venez de lire ce texte, avez-vous compté le nombre de nos arrêts ? Ils sont nombreux. Eh oui, ce n’est pas la performance sportive qui compte pour nous mais le plaisir d’être ensemble et de découvrir à chaque sortie de nouveaux sites qui nous prouvent que notre Sarthe est diverse et magnifique.

Prochaine sortie, le mardi 6 septembre, journée de rentrée de l’ARECS. Rendez-vous à l’espace de loisirs de Marçon pour un départ à 9h 30. Nous irons dans les pas de Ronsard.


JEUDI 2 JUIN 2022

A l’ACTIVITE CYCLO… ON FAIT DU CHIFFRE !!!

La dernière ballade vélo du jeudi 2 Juin s’exprimera en chiffres, plus précisément encore, en « nombres symboles » parmi les plus prisés dans les traditions anciennes, largement en usage dans la tradition biblique : 1 ; 3 ; 7 ; 10 ; 40. En tradition orale, ces chiffres faisaient sens à condition d’y appliquer une lecture au second degré, de type analogique.

40 Pour nous cyclistes, le chiffre 40 annonce la couleur en ce lieu dit de départ : « Le Buisson » les jambes en feu en passe de devenir cramé, les allusions au buisson ardent ne manqueront pas…

10 : le nombre d’engagés pour cette sortie ; les femmes en minorité suivent les commandements masculins drivés par l’ouvreur-organisateur d’un jour Gérard Chopin, désormais septuagénaire.

7 : le nombre de villages étapes de cette journée estivale en montée de température au fil des heures qui passent ; successivement Avoise,  Asnière,  Poillé, St Ouen en Champagne, Saint Pierre des Bois, Pirmil, Tassé et à nouveau Avoise. La boucle est donc bouclée.

                                                                                                              

  

 3 : Personne n’envisage un second tour : il se fait faim et aux dires du chef cuisinier du restaurant « Le Buisson » « Ici le buisson ne se consume pas, on y consomme 7 jours sur 7 ». A quelques jours de la fête de la Trinité, une et trine, il nous fallu trois heures pour accomplir notre parcours champêtre bien agréable, loin du bruit et de la pollution.

 

 

 

1 : chacun sa bicyclette, évidemment, ça va de soi, mais plus original, un seul vélo électrique. Bonne idée en la circonstance. Il fut très utile à Elisabeth qui avait les jambes encore en Croatie !

 

Merci à Gérard, l’unique organisateur de cette belle journée. IL a recherché un tracé peu fréquenté par les véhicules motorisés, ce qui fait un des attraits essentiel à l’activité qui voit le nombre de ses adhérents inscrits croître régulièrement.

Philippe Lenoble


Mardi 10 Mai 2022

SORTIE CANICULAIRE

10 mai 2022 – 14h.

Nous sommes sept à nous élancer de Parigné l’Evêque sous un temps caniculaire. Nous prenons la direction de Brette-les-Pins puis de St Mars d’Outillé où nous faisons une pause. Ensuite direction du Grand Lucé mais nous bifurquons vers la droite pour profiter de la beauté de la forêt de Bercé en cette saison printanière.

Aïe, aïe, très vite, sans avertissement, nous nous heurtons à une barrière. Pas de problème, avec nos vélos nous franchissons facilement l’obstacle. Nous poursuivons notre chemin le cœur léger, léger mais pas pour longtemps car très vite nous nous retrouvons sur un chemin grossièrement empierré. Le revêtement goudronné avait été gratté pour déclasser cette voie en chemin forestier… Que faire ? Deux groupes se forment alors, les téméraires continuent à vélo essayant d’éviter les ornières, les autres à pied pour protéger leurs montures. Deux ronds-points plus loin, nous retrouvons une chaussée convenable et prenons la direction de Pruillé-l’Éguillé. Soudain, sur notre gauche, un large panache de fumée laisse présager un feu de forêt. (Nous apprendrons le lendemain sur le journal qu’il s’est produit vers 15h à St Mars d’Outillé près d’un endroit où nous sommes passés. Mais au fait nous nous trouvions presque au même endroit à la même heure. Ne serions-nous pas responsables car j’avais remarqué qu’à l’allure qui était la nôtre certaines chaînes de vélo commençaient à rougir… !)

Encore deux belles côtes à gravir et nous voici au Grand Lucé. Une pause culturelle était prévue devant le château. Déception : le grand portail bleu est fermé occultant presque totalement le paysage.

Cela ne nous empêche pas de découvrir succinctement l’histoire surprenante de ce château.

Cliquez ICI

Le retour vers Parigné nous fait traverser Challes et gravir une sérieuse côte.

Un petit détour par le cimetière et sa magnifique lanterne des morts. Cliquez ICI

Une nouvelle sortie qui nous a rappelé que rouler à vélo n’est pas toujours une sinécure et prouvé que notre Sarthe est belle et que nos efforts pour la découvrir en profondeur ne sont pas vains.

François Porcheron

Jeudi 28 Avril 2022

Sur les pas de Rougé le braconnier à Notre Dame du Pé et de St Ménelé à Précigné.

Treize braconniers à vélo s’en vont chasser dans la campagne où vécut Louis Rougé au XIXème siècle (né le 20 avril 1817).

Surpris en train de braconner par les gendarmes, Louis leur tira dessus en blessant deux d’entre eux. Le Rougé prit le maquis, recherché puis condamné à mort par contumace. La cavale dura presque trois années. Trahi par une femme qui aurait bien voulu être sa femme, il fut arrêté au Mans le 21 janvier 1857, jugé à Angers et condamné aux travaux forcés en Guyane. Il mourut à Cayenne le 19 avril 1858, à 41 ans.

Par un matin frisquet, voilà les treize braconniers de l’Arecs qui prennent leur monture au départ de Notre Dame du Pé pour un parcours de 28.5 Km ! Sur une belle petite route, les cyclistes lèvent un lapin qui détale devant le groupe. Que les petites routes sont bien agréables ! Quelques arrêts devant les lieux-dits où Rougé a trouvé refuge et a échappé aux gendarmes.

Au lieu-dit « Les Véchenneries », une crevaison de la braconnière Odile qui est vite réparée par le braconnier François !

Nous nous arrêtons au petit village de ST Germain où nous pouvons admirer de jolies anciennes demeures.  Monsieur Denis nous attend et nous sert de guide pour visiter la petite église où s’est marié Louis Rougé avec sa cousine Marie.

Nous retournons à Notre Dame du Pé pour un repas à l’auberge du Braconnier (bien sûr !)

Le ventre plein, nous chevauchons nos montures pour un autre parcours, dit de ST Ménelé : arrêt obligé pour admirer la chapelle, bâtie au milieu d’un champ, qui lui est dédiée. C’était un lieu de pèlerinage pour les paysans. Saint Ménelé vécut au VIIème siècle.

Le père de Ménelé, puissant seigneur, voyant en lui sa descendance, voulut le marier à la fille d’un seigneur. Ménelé , très pieux , s’enfuit en Auvergne, la veille de ses noces. Il s’installa à Menat pour y reconstruire un monastère en ruines.

Nous voilà repartis, le vent de face ! Le temps passe trop vite et nous devons raccourcir le circuit : 15 km.

C’était une bonne journée qui s’est terminée par un goûter.

Mais nous n’avons pas ramené de lapins !!

Serge et Elisabeth


Lundi 14 Mars 2022

Compte-rendu de notre rando en texte (ci dessous) et, si vous souhaitez le chanter (avec une petite vidéo), maintenez la touche Ctrl enfoncée et cliquez ici

En ce lundi ensoleillé, nous sommes heureux de nous retrouver sur le parking de la fonderie d’Antoigné à Ste Jamme. Et c’est à 13 que nous mettons le cap sur saint Jean d’Assé, précédés par Maïté qui nous ouvre la route. Elle sera notre guide, pas spirituel, mais touristique tout au long de la matinée.

Une première halte au prieuré de St Marceau nous offre une vue imprenable sur la Sarthe et son pont romain.

Les photographes se régalent   …. Puis direction Teillé, mais en route, nous stoppons encore en découvrant le moulin de Crucé. Le cadre est magnifique ! Re photos !

Nous avons le privilège de pénétrer à l’intérieur …. Le propriétaire londonien étant absent, c’est le gardien qui nous fait visiter les entrailles. Pendant ses explications hautement techniques, nous sommes attirés par une douce musique : c’est Serge qui a déniché une guitare !

Avec un peu de regret, nous reprenons nos montures, car la grande côte de Ballon nous attend ! Son donjon nous encourage …Après une halte sur la grande place pour reprendre son souffle et profiter du point de vue sur la vallée, nous nous laissons glisser vers Souligné, Montbizot et Ste Jamme. La petite route est magnifique. Les arbres, les talus annoncent le printemps et ce ciel … !!!

Après l’effort, le réconfort ; le restaurant : « La Brasserie d’Antoigné » nous fait bon accueil.

L’après-midi visite du musée et de ses environs : sur les traces de la famille Chappée.

Le musée de la fonderie d’Antoigné

Mais laissons François, l’historien du groupe, vous en parler. Cliquez ICI

 

 

La visite se termine par la fabrication d’une médaille à l’ancienne et du verre de l’amitié moment convivial apprécié par tous.

 Odile Journet


ANNÉE 2020-2021

Lundi 4 octobre 2021

(Rando préparée par Jocelyne Menu)

Après le temps très agité et humide du week-end, les cyclistes se retrouvaient à LHOMME sous un soleil radieux, pour un parcours d’une petite vingtaine de kilomètres passant par les vignes où deux machines à vendanger étaient à l’œuvre, puis suivant les petites routes jusque dans « Les Hauts de Ruillé ».

Là, à 4 km du bourg, se trouve « La Petite Providence » construite en 1806 par l’abbé Dujarié pour y instruire les enfants. Ce sera alors le début de la congrégation des Sœurs de La Providence.

Bientôt nous redescendions vers LHOMME en passant tout près du « Dolmen » et du site « Panorama ». En voiture, il nous restait à rejoindre quelques amis marcheurs à TREHET, pour un pique-nique bien agréable au bord de l’eau.

 


LUNDI 11 SEPTEMBRE 2021

Par une belle journée automnale, quoique un peu ventée, nous sommes huit à nous élancer depuis Mézières sur Ponthouin pour un parcours de 30 ou 35 km.

Petites routes bucoliques (attention aux poules en divagation !) jusqu’à Courcemont où le groupe, pour des raisons de sécurité, se scinde en deux ; les plus aguerris devant et les plus contemplatifs derrière. Ainsi, nous traversons Beaufay, Briosnes les Sables, une partie de la forêt de Bonnétable, puis Sables et arrivons à Jauzé où nous attendent les échappés qui se ressourcent en compagnie d’un groupe de marcheurs sous l’if millénaire labellisé arbre remarquable (considéré comme le plus vieil arbre de la Sarthe), qui fait la réputation de ce village de 83 habitants.

Après nous être réhydratés, nous repartons ensemble vers St Aignan, que nous esquivons pour pédaler vers Mézières. Avant d’arriver, le groupe se sépare à nouveau, ceux qui débordent d’énergie feront 5 km de plus à un rythme soutenu.

Nous nous retrouvons tous chez Annick, qui nous a cuisiné un excellent gâteau aux pommes et d’où nous pouvons admirer le clocher de l’église fait en tavaillons (bardeaux de bois servant de revêtement sur les toitures). Les discussions s’enchaînent dans une excellente ambiance.

Merci à tous pour votre bonne humeur (Elisabeth, Micheline, Nicole, Dominique, Jean-Yves, Joël, Serge et Thierry)

Pour le groupe Joël

 


LUNDI 30 AOÛT 2021

Pour lire le compte rendu de cette sortie cliquez ICI

 


MARDI 20 JUILLET 2021

 

Après l’effort, le réconfort !

 

Pour avoir le compte-rendu de cette journée cliquez ICI


LUNDI 28 JUIN 2021

 

 

Pour avoir le compte-rendu de cette journée cliquez ICI


JEUDI 10 JUIN 2021

Rencontre des membres de la commission Vélo afin d’établir le prochain calendrier.

Vous trouverez :

Le compte-rendu de la réunion en cliquant ICI

Le calendrier en cliquant ICI


MERCREDI 24 FEVRIER 2021

14h sonne au clocher de l’église de Savigné l’Evêque et un groupe de neuf cyclistes (Elisabeth, Maïté, Sylvie, François, Philippe, Loïc, Serge, Thierry et Joël) s’élance prudemment pour un circuit de 32 kms dessiné par Thierry.

Libéré de nos masques, encore et toujours obligatoires, et en respectant les consignes sanitaires et de sécurité, le sourire aux lèvres nous prenons la direction de Fatines.

Nous passons devant le château du Mesnil :

Construit en 1642, de nombreux communs entourent le château dont un parc agrémenté par le passage de la Vive Parence dont la retenue constitue une jolie chute d’eau qui actionnait autrefois un moulin et jusqu’aux années 1950 une turbine électrique. Après avoir appartenu à la famille Renusson d’Hauteville, la famille Couturié devient propriétaire en 1865 et les descendants y demeurent toujours.

Le domaine actuel est constitué de 500ha dont la moitié en paddocks boxes pouvant héberger plus de 300 chevaux.

La famille Couturié est parvenue à se faire une réputation internationale pour son élevage de pur-sang anglais. La reine Elisabeth II est reçue au château en 1967.

Le domaine est constitué aujourd’hui de 3 éléments

  • Le Haras du Mesnil où sont stationnés les étalons
  • Le centre d’entraînement de Longueville, qui héberge de grands entraîneurs
  • Le Haras de Maulepaire où en plus de l’activité d’élevage, on a implanté un centre de débourrage et de pré-entraînement.

D’ailleurs une bande de chevaux du Haras de Maulepaire, fiers de leur allure, nous escorte quelques instants …

Nous musardons sur les routes en direction de St Corneille via Saussay, qui, avec Montfort le Rotrou et Pont de Gennes ont formé la commune actuelle de Montfort le Gesnois en 1986, où nous faisons une pause photo orchestrée par Maïté. (Elle est certaine de ne pas être sur le cliché !!!)

Saussay : église Notre-Dame qui date du 11ème, 12ème siècle

Un étonnant soleil (20° degrés ! pour une fin février !) nous accompagne vers Lombron.

Le groupe s’étire en direction de Sillé le Philippe, en direction de Beaufay puis Courceboeuf pour retourner à Savigné l’Evêque où malheureusement, nous ne pouvons nous retrouver autour d’un petit encas convivial

Chacun est ravi de cette première sortie, d’avoir respiré le grand air sous un soleil plus que bienveillant !


VENDREDI 09 OCTOBRE 2020

Deuxième  sortie vélo de l’année 2020 – 2021

Le vendredi 9 octobre est arrivé ! Nous regardons attentivement la météo pour connaître à quel temps nous allons être mangés. La pluie annoncée par météo France n’est plus d’actualité.

A 14h00 précises, tous les sept ( Maïté, Odile, Nicole et Thierry, Philippe, Elisabeth et Serge ) nous partons du parking du château de Malicorne pour une balade de 35 km sur des routes bien agréables.

Nous nous dirigeons vers Courcelles la Forêt puis Ligron sous un ciel très nuageux. A Bousse, le crachin et le vent tentent de nous saper le moral mais cela ne dure pas. A Arthezé, deux bavards perdent le groupe. Merci le portable !

Nous revenons à Malicorne sous un beau soleil.

Tout le monde est satisfait de cette dernière sortie de la saison. A l’année prochaine !

Elisabeth et Serge Vivet

Voir le film (mettre le son)


Première sortie le vendredi 25 septembre 2020

Une journée particulière,

Ding… Ding… Que m’arrive-t-il ? J’ai l’impression que ma tête se met à tinter. Serai-je devenu une cloche destinée au clocher de Thoiré-sur-Dinan ? J’hallucine… Mais reprenons nos esprits, arrêtons de divaguer. Ah oui, je me souviens : un éclair, le grognement d’un orage, la pluie… et la grêle : un grêlon vient de s’écraser sur mon casque qui devient une véritable cage de résonance.

Un coup d’œil autour de moi : je ne suis pas seul. Je reconnais Nicole, Odile, Micheline, Elisabeth, Philippe, Thierry et Serge. Je retrouve alors mes esprits (comme si j’en avais plusieurs !) et je remets les pieds sur terre.

Aujourd’hui, vendredi 25 septembre 2020, avec le groupe cyclo de l’ARECS, nous vivons une première : une journée cyclo en deux étapes avec pause le midi au restaurant.

Nous sommes partis de Pruillé l’Éguillé à 10 heures vers la forêt de Bercé. Et là, catastrophe ! Je me trompe de chemin forestier. Nous roulons donc un peu au hasard jusqu’à trouver un repère sérieux (en effet, le panneautage n’est pas à la hauteur). Nous traversons St Pierre de Lorouër et tournons immédiatement à droite vers le lieu-dit « Vau du Puy ». Aïe, nous abordons un col long et pentu que nous finissons par terrasser. Nous retrouvons alors l’itinéraire initialement prévu. L’effort valait la peine car très vite nous mettons pied à terre : sur notre droite, s’élève à flanc de coteau, majestueux et imposant, le château de Bénéhard dont la construction a débuté au XVIème siècle.

Nous repartons motivés par le réconfort qui s’annonce. Traversée de Chahaignes, la dernière ligne droite s’annonce enfin. Mais voilà que soudain nos montures deviennent rétives, une force inouïe s’évertue à entraver notre progression, le vent s’acharne contre nous.

La pancarte de Vouvray-sur-Loir signe enfin la fin de nos efforts. Nos vélos mis en sécurité, nous pouvons enfin souffler (à chacun son tour !). Nous apprécions cette pause d’autant que le repas est à la hauteur des efforts

Après l’effort, le réconfort !

que nous avons consentis. Mais notre attention est vite détournée. Un petit coup d’œil à l’extérieur et notre enthousiasme en prend un coup : il pleut.

Nous récupérons nos vélos et nous préparons à repartir. Nous sommes au niveau du Loir, il nous faudra donc gravir quelques côtes pour revenir à notre point de départ. Nous profitons d’une accalmie pour nous élancer. Nous traversons Flée et c’est alors que l’orage a éclaté. Nous trouvons un abri à Thoiré-sur-Dinan… nouvelle éclaircie, nouveau départ vers Jupilles et retour à Pruillé l’Éguillé.

Avant de nous séparer, nous partageons nos impressions. Malgré la difficulté, c’est un sentiment de satisfaction qui s’impose : nous nous sommes enfin retrouvés, nous en avons « bavé » ensemble : mais nous l’avons fait.

Vivement la prochaine sortie, le 9 octobre à Malicorne.

François Porcheron


1 Juillet 2020 – : Enfin la Délivrance !

 

Nous avions des fourmis dans les jambes pour cette sortie ô combien attendue ……………….

Pour lire le compte-rendu de François : Cliquez ICI


Vendredi 10 avril 2020

Le mot de François

Du fait de l’épidémie du Covid-19, toutes nos sorties ne pourront reprendre le 23 avril et restent donc annulées jusqu’à nouvel ordre pour respecter les mesures de confinement.

Heureusement, nous avons toujours le moyen de pratiquer notre sport favori, comme le prouve cette vidéo. ICI

Actuellement, je m’occupe en préparant une sortie culturelle: Le Vieux Mans extra-muros de la porte de la Cigogne à la cathédrale.

Amicalement.

François


Randonnée du jeudi 06 février 2020

Amis cyclistes,

Jeudi 6 février sous un soleil généreux et une température clémente, nous nous sommes dégourdi les jambes à travers les chemins des bois de Changé.

Joli et surprenant spectacle de voir la rivière recouvrir les champs et chemins conduisant à l’Arche de la Nature nous contraignant à changer quelques fois de parcours.

Les allées empruntées étaient sèches et plutôt sablonneuses pas endroits, le sous-bois nous protégeait du vent, nous avons transpiré et évacué le surplus de galettes et de crêpes ce qui ne nous a pas empêchés de terminer notre parcours par un goûter réconfortant !

Merci à François d’être venu nous encourager.

A bientôt.

Joël

 


Le mot de François au 03 janvier 2020 : Ravel032020infos-3


 


SORTIES A VÉLO 2019

SORTIE EN PERIPHERIE DE L’ARCHE, LA RUISSELEE à ST MARS D’OUTILLE

Retrouvez le résumé de la journée en cliquant ICI


SORTIE EN FORÊT DE BERCÉ

Vendredi 3 mai 2019 : la météo ne nous a pas joué de vilain tour. Nous n’avons pas fait de ronds dans l’eau, mais nous sommes allés, de rond en rond, à la découverte de la forêt de Bercé et de ses environs.

La sortie était soigneusement préparée par une équipe féminine : Maïté, Micheline et Odile.

Rendez-vous au « Rond de la Lune », mais pas question de se laisser aller à rêver. La forêt printanière, aux reflets vert tendre, nous invite à la découvrir.

Nous sommes huit à enfourcher nos montures, exprimant une mixité parfaite.

Nous nous dirigeons tout d’abord vers St Vincent-du-Lorouër, empruntons la D304 sur 3,5 km pour rejoindre St Pierre-du-Lorouër, et là, virage à droite, petite côte et catastrophe : une chaîne cassée git sur la chaussée ! Rien pour réparer. Que faire ? Notre malheureuse cycliste n’a plus qu’une solution ; rejoindre le dernier village traversé et chercher de l’assistance. Mais nous sommes dans la Sarthe profonde. Réparer une voiture, oui, mais pas un vélo ! Pas de sauveur… enfin si le frère de la victime qui réside dans la région.

Nous arrivons bientôt au pied du chêne le plus connu du département, le chêne Boppe dont il ne reste que la souche (il a été foudroyé avant la dernière guerre). Tout près les sources de l’Hermitière… Pas le temps d’utiliser les bains de soleil aménagés pour le repos des visiteurs. Nous rejoignons par le rond Wautot un espace charmant et paisible : la fontaine de la Coudre.

Nous avons le plaisir de retrouver notre compagne d’infortune (Merci à son aimable frère) et rejoignons notre point de départ.

C’est le moment de partager une agréable collation préparée par nos hôtesses.

Le bilan de cette sortie est positif. En effet, il gomme la déception d’avoir annulé la précédente prévue au départ du Breil par peur d’une météo incertaine. Il nous a permis de rouler dans un environnement extraordinaire planté de chênes et de hêtres en pleine renaissance illuminés par d’agréables rayons de soleil.

Une déception cependant : les chaussées de la forêt sont très dégradées par endroit. D’énormes trous très profonds réclamaient de notre part une vigilance de tous les instants.

Merci à vous, Maïté, Micheline et Odile : vous nous avez régalés.

                                                                                                          François Porcheron

A  noter que notre prochaine sortie aura lieu le vendredi 24 mai au départ de Beaufay (parc de stationnement près de l’église). Départ à 14 h.


Le vendredi 5 avril, nous nous retrouvons dès 10h du matin à Mézières sur Pontouin chez Annick et Joël Hubert. Joël a fait le maximum pour faire vibrer en nous (nous sommes 9) la fibre de la découverte : St Aignan et son imposant château, Jauzé : sa belle église et son if remarquable, Courcical, et encore une belle église, Nauvay : plus petite commune de France. Nous découvrons ensuite Peray et sa butte féodale qui faisait partie d’un système de défense du Saosnois réalisé par Robert Talvas, autrement connu sous le nom de Robert le Diable ! Nous restons à Peray pour admirer sa magnifique petite église qui possède encore un ballet (porche) où nous nous retrouvons pour la photo. Routes tranquilles, paysages magnifiques… nous rentrons à Mézières sous le charme d’une campagne riche et encore préservée. Point d’orgue de cette sortie : nous partageons le déjeuner au restaurant.

Mais au fait, si vous comptez le nombre de nos participants à nos sorties, vous n’obtiendrez jamais le nombre exact de participants.
Vous avez compris : Maîté se cache car c’est elle qui prend les photos !

François Porcheron


Pour l’année 2019, le groupe cyclo a décidé d’organiser deux sorties par mois au lieu d’une. La première a eu lieu le 22 mars sous les meilleurs auspices. Nous sommes 11 à nous retrouver place Dufour, à Beaumont-sur-Sarthe. La météo est idéale et c’est allègrement que nous partons vers Vivoin, Doucelles, Piacé. Encore un effort et nous voici à Fresnay que nous visitons rapidement. Le point de vue, depuis le château féodal est magnifique mais il faut partir et nous voici dans la côte de St Christophe-du-Jambet. Ça coince un peu mais une belle descente nous permet de rentrer rapidement. Avant de nous séparer, nous partageons un bon petit goûter bien mérité.


Préparation de la saison 2019

Rencontre du 19 novembre 2018

Présents : Odile Journet, Joël Hubert, Philippe Lenoble, Bruno Nicolas, François Porcheron

Plusieurs excusés dont certains ont envoyé par Mél des propositions : Micheline Binois, Gérard Chopin, Damien Rousseau

Réflexions sur les aménagements que l’on pourrait apporter à nos sorties.

Nous avons confronté nos avis et pensé qu’il ne fallait pas évoluer trop vite. Plusieurs idées ont été émises :

– Passer d’une à deux sorties par mois par beau temps;
– Partir le matin et terminer le midi dans un petit resto;
– Sortir sur la journée avec resto le midi;
– Partir plusieurs jours, le long de la Sarthe, de la Loire…

Nous avons retenu :
– L’augmentation du nombre des sorties : 2 par mois, mais uniquement les mois où il est censé faire beau (Avril, mai, juin…)

– Pourquoi ne pas sortir en juillet (La sortie proposée par Damien Rousseau au départ de Bernay avait été un succès)

– Des sorties avec départ le matin ;

– Une sortie avec rassemblement à 11h 30, repas puis sortie vélo l’après-midi.

Nous avons commencé à établir le calendrier mais nous nous n’avons pas terminé car nous avons estimé qu’à cinq nous n’étions pas assez nombreux. Nous en reparlerons sur le vélo.

François Porcheron